Administrations & Services Publics

Si les services de l’État sont en principe décentralisés sur l’ensemble du territoire français, c’est néanmoins PARIS qui regroupe la direction de la plupart d’entre eux. Se promener dans Paris, c’est rencontrer un peu partout des bâtiments officiels avec des drapeaux, mais aussi des casernes de gendarmes, de pompiers, ou des organismes semi-publics qui se doivent d’avoir leur siège dans la capitale.

MINISTÈRES

A l’instar du Palais de l’Élysée et de l’hôtel Matignon, beaucoup de Ministères sont installés dans de beaux hôtels particuliers de l’Ancien Régime ou du Second Empire, souvent encore meublés d’époque. C’est le cas, par exemple, du Ministère de l’Éducation Nationale, rue de Grenelle, ou celui de l’Intérieur, Place Beauvau.

Il faut parfois pousser un peu les Ministres pour qu’ils accèdent à des locaux modernes plus fonctionnels. Ce fut le cas en 1989 quand le Ministère de l’Économie et des Finances dût quitter le Louvre pour Bercy.

C’est le Ministère de la Défense qui a opéré le changement le plus spectaculaire ces dernières années en occupant l’ensemble du Boulevard Victor.

D’autres grandes Administrations siègent aussi à PARIS.
Le Conseil Économique et social, Place d’Iéna.

Le Mobilier National, Rue Berbier du Mets

Les Journaux Officiels, dans un triste bâtiment de la rue Desaix

On peut aussi rencontrer à PARIS des sièges d’organisations internationales, comme ce bâtiment de l’UNESCO datant de 1958, bâti sur 72 pilotis de béton et surnommé « l’étoile à trois branches ».

J’ai découvert, par hasard, l’Agence Spatiale Européenne, dans la petite rue Mario Nikis.

LES AMBASSADES

Les Ambassades, à PARIS, sont au nombre de 182, autant dire presque autant que de pays du Monde. Les diplomates apprécient beaucoup, eux aussi, les beaux hôtels particuliers…et les beaux quartiers !

Quelques exemples : l’Ambassade d’Irlande, Avenue Foch

L’Ambassade de Turquie, dans la très discrète rue d’Ankara (16ème arrondissement)

Ma préférée, c’est la plus originale : l’Ambassade du Vietnam, rue Boileau, (également dans le 16ème)

LES POMPIERS

Ces précieux sauveteurs qui protègent notre vie quotidienne ont des casernes réparties dans toute la capitale. On les repère facilement : le rouge de leurs façades ou de leurs véhicules attire le regard. Leurs centres de secours sont parfois logés dans d’anciens bâtiments comme celui de la jolie Place Lachambaudie dans le 12ème arrondissement.

La couleur rouge n’est pas de mise rue Bouchardon, ni rue des Pyrénées.

La brigade la plus voyante est celle du Boulevard Gouvion Saint-Cyr, près de la Porte Champerret.

Quant à la plus moderne, je l’ai rencontrée à Ménilmontant, Rue St Fargeau.

ARMÉE, GENDARMERIE, POLICE

Les casernes de l’Armée se font rares à Paris. Celle de Reuilly va accueillir 600 logements.

L’heure est à la vente par l’État de certains terrains militaires. Les officiers de l’Armée française disposent néanmoins d’un très prestigieux « Cercle des Armées » Place Saint Augustin.

Bien que l’ordre public soit dévolu dans la capitale à la police, cette branche particulière de l’Armée qu’est la Gendarmerie est toutefois présente. Comme ici, Boulevard  Exelmans…mais pas pour longtemps semble-t-il. Comme la caserne de Reuilly, celle-ci pourrait bientôt se vider de ses militaires pour accueillir des S.D.F.

La caserne de la Place Monge, qui hébergeait, dès 1821, la gendarmerie royale de la Ville de Paris, accueille aujourd’hui, la prestigieuse Garde Républicaine.

Contrairement à la gendarmerie, la police est opérationnelle sur le territoire parisien, avec ses commissariats d’arrondissements. Je me suis montré très timide pour photographier des commissariats. L’ambiance actuelle incite les commissaires à placer des fonctionnaires en protection devant les bâtiments, et il devient délicat de prendre des photos.

Voici tout de même le commissariat du 11ème arrondissement.

J’ai découvert un « poste de police » beaucoup plus calme dans le quartier de Charonne.

Ne quittons pas notre Police Nationale sans une photo-hommage au fameux quai des Orfèvres et à sa Police judiciaire qui vient de déménager en même temps que le Palais de Justice vers les nouveaux quartiers du 17ème arrondissement. Une consolation : dans sa nouvelle rue du Bastion, la P.J. a obtenu de conserver le numéro 36 !

La  Police Judiciaire dans ses nouveaux locaux !

POSTE ET TELECOMMUNICATIONS

Si je reprends cette appellation désormais désuète, c’est qu’on trouve un peu partout dans Paris, les traces de l’époque de la toute-puissance de cette Administration (qui dépendait alors d’un Ministère). Elle me fit attendre deux ans ma première installation téléphonique en 1976 (ne parlons pas du temps que durent attendre auparavant mes    parents !).

L’époque des P.T.T. nous vaut en tous cas des bâtiments à l’architecture parfois séduisante, toujours imposante.

Le Central Téléphonique « Bergère » construit en 1920 par l’architecte LE CŒUR est typique du style de l’époque qui voulait – déjà – privilégier l’aspect fonctionnel des bâtiments administratifs.

Ci-dessous, la Poste de Passy

Celle de la rue Barrault, dans le 13ème arrondissement.

Dans le 10ème arrondissement.

Plus discrète, celle de la rue Bleue, dans le 9ème arrdt, nous réjouit par le beau graphisme de son appellation complète.

Certaines Postes, plus récentes, sont nettement moins séduisantes.

C’est surtout par ses véhicules jaunes que la Poste impose sa visibilité dans la capitale.

ELECTRICITÉ DE FRANCE

Un autre ex-monopole étatique est représenté dans les rues de PARIS, « E.D.F. »

COMPAGNIES DE TRANSPORTS

Hors de leurs gares, ces compagnies ont aussi des bâtiments administratifs, comme la RATP, rue Championnet.

Il est amusant de retrouver la trace de nos anciennes compagnies de      chemin de fer.

LES SYNDICATS DE TRAVAILLEURS

On longe aussi, dans les rues de PARIS, des permanences syndicales.

A la fin du 19ème siècle, la Bourse du Travail fut construite par la Ville de Paris rue du Château d’eau.

Elle accueille les travailleurs pour des informations ou des réunions syndicales.

LES FONDATIONS

Ces institutions bien particulières sont nombreuses aux U.S.A., beaucoup moins chez nous. Elles accomplissent pourtant des missions remarquables, palliant souvent aux insuffisances de l’État. J’en ai croisé quelques-unes au fil des rues de Paris.

L’Institut Pasteur

La Fondation Rothschild

La fondation ci-dessous fut pour moi une découverte. Elle est située rue René Panhard, dans le 13ème arrdt et a été créée en 1910 par Albert Ier de Monaco. C’est l’Institut de Paléontologie humaine.

ORGANISMES CORPORATIFS

On parlerait aujourd’hui de lobbies. Il convient évidemment à ces            professionnels de tous horizons d’être représentés à PARIS. En voici        un bref échantillon.

SERVICES PUBLICS

Émanant pour la plupart de la Ville de PARIS, ils sont destinés à aider les habitants dans le domaine de la santé, de l’accueil des enfants, de l’animation et de la culture. En voici quelques exemples.

LES GRANDS MEDIAS DE L’AUDIOVISUEL

Un reportage photographique du siècle dernier aurait privilégié les sièges prestigieux du FIGARO et du MONDE. Aujourd’hui, les Français qui ne lisent plus la presse écrite, se bousculent par contre pour assister à des enregistrements d’émissions de radio et de télévision.

Si j’oublie volontairement TF1 qui est sur le territoire de Boulogne, je me dois de montrer France Télévisions, ainsi que les trois grandes radios que sont le groupe Radio-France, ainsi qu’Europe 1 (rue François Ier) et RTL (qui se trouvait encore, lors de mon passage dans le 8ème arrdt, rue Bayard)

CITE INTERNATIONALE UNIVERSITAIRE

J’aimerais terminer ce fourre-tout institutionnel par cette Cité que je n’avais jamais fait que longer en empruntant le Boulevard Jourdan. J’ai eu le coup de foudre pour ce lieu, en le parcourant en tous sens, découvrant la variété de ses bâtiments et le charme de ses espaces verts.

J’ai appris que la Cité Universitaire est une fondation de droit privé, créée en 1925. Elle n’a fait que se développer au fil des ans, et ce n’est pas terminé. Trois nouveaux pays y auront leur pavillon d’ici 2020. A l’heure actuelle, la Cité accueille près de 6000 étudiants, chercheurs, sportifs de haut niveau.

Elle est bien autre chose qu’un ensemble de chambres. Bibliothèques, théâtres, salles d’exposition : c’est un des hauts lieux de la culture à PARIS.